MALKOVITCH DES PRINCES DE KAZAN
SURNOMME
“ MALKO ”
22-2-96

Il faisait bon au "Vert Clos" au milieu des campenottes…

En février 2001, je suis parti pour la Suisse, quittant mon beau jardin tapissé de “campenottes” (jonquilles) où j’avais vécu jusqu’alors. Un grand dépaysement.
Mais être entouré de 2 et 4 pattes que je connaissais m’a rassuré.

Mon histoire avec cette famille a commencé en décembre 96 : Marie-Josèphe avait la mission de trouver un barzoï pour ses parents. Peter et elle-même avaient appris mon existence à l’exposition du FNVV à Martigny, un mois auparavant. Ils sont donc venu me voir. Je suis allé vers eux dès leur arrivée. Doucement, je me suis couché à leur pied et ne les ai plus quitté. C’est ainsi que quelques heures après, je débarquais à Montbéliard (F), un peu perturbé par le voyage (j’avais alors l’estomac patraque en voiture!) chez mes nouveaux maîtres.

Mon premier jouet à Montbéliard. Une fraise!!
La neige m'accueille à Montbéliard

J’ai vécu des jours heureux dans la propriété "le Vert Clos", entouré de mes maîtres , ravi chaque fois que nous avions des visites, fréquentes dans cette famille nombreuse : je les ai tous séduit ou presque.

Quelques jours après mon arrivée, “nous” fêtions Noël: tellement content de voir Peter et Marie-Josèphe le matin, que j’en ai oublié de sortir dans le jardin pour mes besoins naturels... Et puis, pourquoi sortir, alors que j’avais un grand sapin au milieu du salon à ma disposition pour vider ma vessie! Voilà comment j’ai “marqué” mon premier Noël!

Quand je vous dit que je les ai tous séduit!
Peter en premier…

Un moment triste et important fut la perte de mon maître en mars 1998. Je l’aimais bien : il me donnait toujours au goûter “les talons” de son “toutché” (gâteau de fête régional). Il m’appelait “viens, mon beau chien” (ou “quel idiot, ce chien” quand je me montrais récalcitrant! ). Le jour où il nous a quitté, je n’ai plus fait la fête : tout le monde était trop triste et moi aussi. Je n’avais plus faim mais j’acceptais de manger seulement quand Marie-Josèphe s’asseyait par terre dans la cuisine, et m’installait la gamelle vers elle. Il a fallu plusieurs semaines avant que je retrouve ma joie de vivre : je devais me reprendre et consoler ma maîtresse, lui montrer que j’étais là. Ensemble nous avons partagé un bout de route.

On peut compter sur moi dans les coups durs...

Et puis il y avait les passages des “de Coulon” avec mes copains Barzoïs : j’ai toujours été contents de leur compagnie. J’adorais aussi quand ils étaient petits : je suis très délicat avec les chiots, joueur mais attentif à ne pas les bousculer. C’est ainsi que j’ai vu venir Milorad puis Kharal (mais lui était très lié à Milorad ce qui le rendait parfois distant), et enfin Fédoroff. Lorsqu’ils partaient, nous étions tous épuisés! J’allais me coucher à ma place dans le couloir et bougeait tout juste pour aller manger jusqu’au lendemain!

Les trois copains, Milorad, Kharal et moi, sans oublier Peter…

Depuis le début de l’année 2001, Peter et Marie-Josèphe me faisaient des remarques du genre “ tu vas bientôt venir avec nous ”, je sentais que quelque chose allait se passer. Le jour où ils m’ont dit que, la prochaine fois, je partirais avec eux, je ne suis pas aller me coucher avant leur départ, je suis resté debout dans le couloir, les regardant me dire “au revoir” d’un air triste. Ils étaient tous troublés par mon comportement inhabituel.
Le 18 février 01, je suis parti vers l’inconnu. Je n’avais pas trop envie de partir et encore moins de monter dans la voiture mais je suis parti. Ma maîtresse était malheureuse mais je ne pouvais vivre dans son futur lieu de vie, en appartement.

Je me suis vite senti bien à Longirod, en Suisse!!

Un peu perdu les premiers jours, je me suis vite fait à ma nouvelle vie. J’ai appris la vie “ en société ” avec mes nouveaux maîtres, j’ai découvert les promenades en forêt, j’ai parfait “mon éducation” avec des tours en ville où je suis prié de bien me comporter. Parfois ils m’ennuient avec de nouvelles contraintes mais je finis par obtempérer. A Pâques 2001, je suis même aller au restaurant, et j’ai ainsi pu fêter son anniversaire à mon ancienne maîtresse!
Même si j’ai ma place dans la famille barzoï “de Coulon “, je sais que je resterai toujours un peu “ le chien des parents de Marie-Josèphe ”.

Quelle fierté d'être avec mon (ex)maîtresse pour ses 80 printemps!!
Première sortie dans le monde canin à la spéciale lévrier de Versoix. Je sais me tenir en société, maintenant!!
C'est bon la liberté…Dans les grands pâturages!!

Je ne sais pas ce que c’est qu’une exposition, mais je sais que j’ai du charme et je n’ai pas besoin d’être jugé pour cela! Entre autre, j’ai une superbe tête, et un port d’oreilles exceptionnel que bien des champions peuvent m’envier!

J'ai une belle expression…Ne trouvez-vous pas ??
Que pensez-vous de mon port d'oreille ?? Pas mal du tout! Et je peux faire encore mieux!!

Je suis un grand “calin”, du genre “calin à toute heure”!... J’exprime ma bonne humeur et mon plaisir de la compagnie humaine avec de grands sourires: truffe tournée à 90°, babines délicatement relevées! Il faut le voir pour le croire! Cela n’a pu à ce jour être immortalisé en photo!

Ma position préférée!! Couché sur les genoux des "jolies femmes".
L'extase……Etre caressé, je ne m'en lasse pas…
Mmmmm, c'est bon la neige!!
L'océan au temps où mon copain Kharal était avec nous…

Retour