BARZAYA IBLISS
Le petit diable ou “notre petite bulle de champagne”
23.05.2003

Barzaya Krylat. Mon père.
Svora d'Ymauville. Ma mère.

Bonjour à vous. Moi, je suis Ibliss, né dans la famille “Barzaya” et très attendu par Peter et Marie-Josèphe, après la perte de leur cher “Kharal”, mon oncle: Mes parents sont Barzaya Krylat et Svora d’Ymauville.

J'aime beaucoup ma maman…(1 semaine)

Ma naissance a été “désirée”, puis j’ai été “espéré” en tant que seul mâle de la nichée. Dès mes premiers jours, mon évolution a été suivie de près, et je les ai fait “craqué” tout de suite... Ne suis-je pas trognon, au creux du cou de ma mère, ou en train de téter, de dormir, de jouer, de me réfugier dans “le tunnel”... ou encore de prendre mon bain: cela j’adore!!!! Vu la canicule peu après mes débuts de vie, cela tombait bien.

Il fait bon les fesses au frais!!
L'ombre…Rien de tel!!

Le 1er août 2003, mes maîtres avec leurs trois compagnons barzoïs sont venus me chercher: je les reconnaissais déjà tous car ils étaient souvent passés me voir. Derniers ébats avec mes soeurs, derniers câlins avec ma mère et le départ, sur les genoux de Marie-Josèphe: voyage mitigé mais surtout à cause de la chaleur malgré la climatisation.

Au revoir maman!!!

L’arrivée: je suis du genre cool, pas apeuré pour deux sous. Donc je découvre “le nouveau monde” tranquillement avec Malko qui me suit pas à pas: il deviendra pendant un moment “ma 2ème mère”. Milorad est resté plus distant, mais assez compréhensif, mais plus comme “un père” qui est amené à remettre un peu d’ordre si j’exagère. Les deux ne découvraient pas la vie avec un chiot. Fédoroff s’est révélé “perplexe”, attiré et inquiet face à ce petit “truc” qui gigote. En plus j’ai tout de suite fait fort en arrivant: plein d’élan, je lui ai sauté “sur les genoux”,sans ménagement et sans avertir! Cela a fait beaucoup de bruit... et pendant 30 secondes, je me suis tenu tranquille...

Découverte du jardin, à Longirod, en compagnie de Malko…
Mon premier jouet…
Rien ne vaut un transat, par temps de canicule…
MMmmm…Et ensuite, un bon bain rafraîchissant!!

Les débuts en ma compagnie ont été durs pour Peter et Marie-Josèphe en raison de la canicule: impossible de dormir tranquille et toujours envie de faire de petits “pipisses” (interdit de retirer l’eau dans ce contexte). Ils ont vite compris que je n’avais pas mauvais caractère mais que je souffrais de la chaleur. Marie-Josèphe a, pour la première fois, quitté le lit conjugal pour me rejoindre dans le salon et me soutenir dans ce nouvel apprentissage: il faut nous imaginer en mini promenade à 2h du matin pour me permettre de me soulager (sans grande envie de rentrer car il faisait plus frais dehors!), ou à 6h, recroquevillés tous les deux sur le transat dans le jardin!! Il faut dire que je ne pouvais pas encore rester avec mes compères barzoïs car je risquais de leur manquer de respect.
Après la phase de la 1ère semaine, n’en pouvant plus, Marie-Josèphe a décidé que je dormirais dans le garage, au frais, maintenant que je connaissais mieux la maison: j’ai bien aimé et tout le monde a été content car là, pas de soucis pour “les accidents” éventuels.

Un peu romantique…Le petit mec!!

Mes maîtres ont aussi découvert que par temps de canicule, de 11h à 17h, je refusais de sortir faire pipi dehors: non mais, hors de question pour moi de m’exposer même quelques minutes au soleil!!! Pas fou! Un duvet, à la fraîcheur intérieure, fera très bien l’affaire pour absorber “ le trop plein”!
Mais je ne suis pas un mauvais bougre: dès que la chaleur a un peu diminué en septembre, je suis devenu un brave petit chien “tout propre”.

On dit souvent de moi que j’ai le regard joyeux avec des “yeux qui pétillent” d’où mon surnom de “Petite bulle de champagne” (ou magnum de champagne quand je pétille très fort!).

Mes premières neiges…
Milorad… C'est le seul qui est d'accord, que je sois près de lui.

Un de mes loisirs favoris, en dehors de la promenade, est de goûter au plaisir aquatique. Cela m’a valu de disparaître à 4 mois sous une vague dans l’océan atlantique: mes maîtres ont retenus leur souffle jusqu’à ce que je réapparaisse le sourire aux lèvres, si j’ose dire!!! Les ruisseaux, j’adore les remonter à contre courant comme les saumons, en sautillant gaiement!
Mon autre point faible est de tirer sur la queue de mes potes barzoïs! Et cela, depuis tout petit. J’ai “fignolé” ma technique: je tire jusqu’à ce que l’heureux “élu” me gronde, au sens littéral du texte! Et j’insiste..... Ils sont sympas, car ils ont une grande patience avec moi.

C'est super, la lingerie pour jouer. Vive les élastiques!!!
Quelques mois plus tard…
On joue à "je te tire la queue".
Cette fois-ci, c'est au tour de la couverture!!

Je deviens un beau grand chien, plein de vivacité et d’enthousiasme, dopé régulièrement par l’air iodé de Vendée.

Mon évolution en cinq photos…

Repas en Vendée…

De septembre 2003…

A mars 2004…
La même chose sans mes potes… Mais avec une étoile de mer (en plastique)…
Quelques mois plus tard…
Et me voici, dans l'adolescence, du haut de mes dix mois…

Joli, n'est-ce pas??

Fin mars 2004, pour mon plus grand plaisir, nous avons ramené de Bretagne “Uhel de Belouyeva” , avec qui je partage les jeux de mon âge: courses folles, le jeu ”tu me piques mon bout de bois, je te piques le tien”, et celui ”je t’épouilles, tu m’épouilles”… Nous nous en donnons à coeur joie! Je pétille, je pétille!

Avec Uhel ou "les deux inséparables"…
Je suis un Barzoï heureux!!

Retour